100 micro-influenceurs plutôt que 2 influenceurs ?
par: Ophélie

L’influence est un terme beaucoup utilisé ces dernières années dans le milieu du web marketing pour désigner des leaders d’opinions sur des thématiques précises.

Ces influenceurs, par leur passion pour un sujet précis, rassemblent des communautés importantes et ont par conséquent la capacité de diffuser des messages de manière massive et de générer des engagements forts.

Malheureusement, le terme « d’influenceur » semble être réservé à cette élite qui maîtrise parfaitement les codes du digital et savent manier les réseaux sociaux à la perfection.

En réalité, nous sommes toutes et tous des influenceurs.

La définition de l’influence nous rappelle que le terme désigne le « Pouvoir social de quelqu’un, d’un groupe, qui leur permet d’agir sur le cours des événements, des décisions prises ».

Chacun d’entre nous, par nos relations, par notre vécu et nos expériences, avons le pouvoir d’influencer d’autres personnes sur des sujets précis. La seule différence avec les « influenceurs » au sens d’Internet se limite à la taille des communautés potentiellement touchées. On parle alors de micro-influenceurs, ou nano-influenceurs.

Communauté moindre, mais crédibilité plus forte.

A l’inverse des « influenceurs », nous nouons des liens plus intimes et directs avec nos relations, qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Cela apporte l’authenticité qui manque parfois dans le discours des influenceurs, qui n’ont d’autres choix d’avoir des communications descendantes et de masse.

A partir de ce postulat, ne pouvons-nous pas dire qu’un volume de micro-influenceurs sera plus bénéfique en termes de communication qu’un ou deux influenceurs ?

Plutôt que de payer une campagne coûteuse en marketing d’influence, pour qu’un Youtubeur ou une Instagrameuse parle d’une marque, ne vaut-il pas mieux utiliser une stratégie type Employee Advocacy, afin de mobiliser ses collaborateurs, qui sont tous des micro influenceurs ? Un discours plus authentique, des expertises plus larges, et surtout, une stratégie plus longue-termiste.

Certes un coût sera toujours présent, ne serait-ce que pour s’équiper d’une solution technologique, mais les bénéfices iront aussi au-delà de l’influence initialement moteur de la démarche.

Des collaborateurs plus engagés

Mais tout n’est pas tout noir ou tout blanc…

La bonne stratégie est évidemment un mélange des deux. Le pouvoir d’influence est très important, notamment sur les canaux web.

Les Micro-influenceurs, notamment dans la cadre de programmes d’employee advocacy ne relayeront pas le même type de messages que les influenceurs. Ils travailleront leur personal branding à l’aide de contenu de veille, en rapport avec leur domaine d’expertise, sur des réseaux comme Linkedin ou Twitter, et mettront de temps en temps à disposition leur audience pour relayer une offre d’emploi, un moment de vie interne de l’entreprise, ou une actualité corporate qui leur tient à cœur.

Pour les sociétés ayant mis en place ce type de dispositif, cela devient rapidement un levier très important pour travailler la marque employeur et l’image au sens large. Les influenceurs quant à eux sont généralement beaucoup plus tournés sur le produit, et les actions se font plus en « one-shot ».

Un influenceur va permettre un « buzz » plus grand, plus fort mais plus court, quand les micro-influenceurs travailleront sur le long terme. Toute société qui vend un produit ou un service ne refuserait pas un bon article vantant ses produits sur un blog influent, ou un placement produit sur une vidéo à plusieurs millions de vues. Les objectifs de communication ne sont simplement pas les mêmes.

Aujourd’hui, les consommateurs deviennent allergiques à toute notion de « publicité » et privilégient de plus en plus les contenus authentiques, et la transparence. Les mico-influenceurs sont en mesure d’apporter cela.

--

Si vous déployer un programme d'Employee Advocacy, n'attendez plus et découvrez notre minibook où nous vous livrons les secrets de cette stratégie, de la construction au pilotage

MiniBook - Bannière article

Derniers tweets