De l’Employee Engagement à l’Employee Advocacy – par Florent Hernandez
par: Ophélie

Cet extrait est issu d'un Livre Blanc où nous avons réunis 7 experts autour d'un sujet : l'Employee Engagement.

L’Employee Advocacy, stratégie importée des Etats-Unis a le vent en poupe en France ces dernières années.

Les entreprises, petites ou grandes, de tous secteurs se jettent sur ce nouveau concept, persuadées de trouver l’innovation miracle qui va faire rayonner leur entreprise sur le web, en leur permettant de faire participer leurs collaborateurs. Tout n’est pas aussi simple.

Quels collaborateurs au monde, mis à part ceux de quelques enseignes emblématiques, donneraient cher pour devenir ambassadeurs de leur entreprise et partager à tout va sur leurs réseaux sociaux personnels les informations corporate de leurs boites ? Aucun, ou très peu.

Les dirigeants sont enclins à le faire, naturellement. Les commerciaux peuvent y trouver un intérêt. Les carriéristes aussi. Mais ces catégories de collaborateurs ne représentent que 10% des effectifs d’une entreprise.

La clé réside dans la valeur ajoutée et dans l’Engagement Collaborateur. L’Employee Advocacy n’est en réalité qu’une conséquence de l’Employee Engagement. Afin d’atteindre un stade ou l’Advocacy se fait naturellement au sein de l’entreprise, il convient d’apporter de la valeur ajoutée aux collaborateurs, et de leur montrer que l’entreprise compte réellement sur eux pour développer le business.

Et cela ne passe pas par une simple technologie installée leur permettant d’avoir accès aux contenus corporate. Le projet doit être de fond, transversal, pérenne, et doit être imaginé à la base pour apporter de la valeur ajoutée aux collaborateurs, et non à l’entreprise.

Voici une liste (non exhaustive) de fonctionnalités que la technologie choisie doit intégrer par défaut pour espérer pouvoir atteindre le stade précieux de l’advocacy :

Un système de sondage ou d’enquête, pour impliquer les collaborateurs, faire remonter des informations terrain, et surtout, pouvoir mettre en place des actions cohérentes par rapport aux attentes. Vous montrez ainsi votre engagement vis-à-vis de vos collaborateurs ;

Un système d’affichage digital, dans lequel les collaborateurs peuvent avoir accès très simplement à des informations internes utiles : Règlement intérieur, charte de bonne pratique sur les réseaux sociaux, livret d’accueil pour les nouveaux arrivants, politique RH, derniers résultats de l’entreprise, tutoriels, codes wifi de l’entreprise… ;

• Éventuellement, un système de chat interne, pour ouvrir un canal de communication entre le collaborateur et son service RH par exemple ;

• La possibilité pour le collaborateur de proposer lui-même du contenu aux autres salariés connectés.

Ces points ne sont que des fonctionnalités « techniques » et ne soustraient pas l’entreprise d’actions de formation, d’accompagnement et d’évangélisation. Tout ceci constitue la base indispensable pour générer l’engagement collaborateur.

Viendra ensuite, et seulement ensuite la réflexion sur la stratégie de contenu, pour viser l’Employee Advocacy. Sur ce sujet, il est évident qu’il ne faudra pas pousser uniquement du contenu « corporate » aux collaborateurs, mais bien leur fournir un contenu composé a 80% de veille spécifique au domaine d’expertise de chacun d’entre eux, afin d’apporter une nouvelle fois de la valeur ajoutée.

Le résultat de toutes ces actions bien menées pourra éventuellement ouvrir la porte de l’advocacy, et permettre aux salariés de participer en tout conscience au bon fonctionnement de l’entreprise, d’aider à son rayonnement, à améliorer sa marque employeur et son attractivité. Communication corporate descendante et unilatérale, publicité et égéries stars…

Certaines entreprises restent figées dans des schémas de communication d’un autre siècle. Pourtant, avec l’émergence et la généralisation des réseaux sociaux, la solution pour faire connaitre sa marque, ses produits ou ses services n’a jamais été aussi simple, accessible et peu coûteuse. Faites de vos collaborateurs des influenceurs, vos ambassadeurs ! Car, alors qu’à peine plus de la moitié (54%) des internautes européens fait confiance aux contenus et aux informations présentés sur les sites Web des entreprises, ils sont neuf sur dix à accorder du crédit aux informations partagées sur les comptes sociaux lorsqu’il s’agit de connaissances.

Si l’on ajoute que 88% des collaborateurs sont sur les réseaux sociaux et que le « reach » cumulé de chacun est de 1140 personnes (le reach comprend ici les contacts directs ainsi que les personnes « touchées » par rebond, les contacts de ses contacts qui ont vu ou partagé ses contenus sur l’ensemble de ses comptes sociaux, NDLR), on perçoit assez bien le potentiel à exploiter pour une communication à la fois puissante et efficace.

--

Pour plus de précisions à ce sujet, découvrez en intégralité les conseils de 7 experts que nous avons réunis dans un Livre Blanc 👇

Derniers tweets